LA PHARMACIE À USAGE INTÉRIEUR (PUI)

La PUI assure les missions définies à l’article L 5126-5 du code de la santé publique : assurer, dans le respect des règles qui régissent le fonctionnement de l’établissement, la gestion, l’approvisionnement, la préparation, le contrôle, la détention et la dispensation des médicaments, produits ou objets sous sa responsabilité, ainsi que des dispositifs médicaux stériles pour les blocs opératoires et les services de soins.

Elle ne peut fonctionner qu’en présence du pharmacien chargé de la gérance ou de son remplaçant.
Les missions du pharmacien sont, notamment, de :

  • sécuriser le circuit du médicament dans l’établissement.
    Conformément à la réglementation en vigueur, la dispensation dans l’établissement (délivrance des médicaments aux patients) est nominative pour tous les produits pharmaceutiques ;
  • concourir à la pharmacovigilance et à la matériovigilance.
    Le pharmacien gérant organise et anime les réunions du Comité du médicament et des dispositifs médicaux stériles (COMEDIMS) ;
  • mener ou participer à toute action d’information sur les médicaments auprès des praticiens et des soignants (respect de la durée de prescription des antibiotiques, règles de bonnes pratiques…)…

LE CIRCUIT DU MÉDICAMENT

Le circuit du médicament est un processus transversal (de la prescription au retrait des lots périmés) qui concerne tous les professionnels de santé (pharmacien, médecins et infirmiers).
Ses étapes sont :

  • la prescription médicale ;
  • la validation pharmaceutique, la dispensation pharmaceutique, la gestion des stocks, le transport ;
  • l’administration infirmière.

La sécurisation de chacune des étapes circuit du médicament participe à l’amélioration de la prise en charge des patients et s’intègre dans la démarche de gestion globale et coordonnée des risques dans la clinique.

L’identification des risques d’erreurs médicamenteuses à chaque étape du circuit du médicament permet d’éviter la iatrogénie médicamenteuse (conséquence non souhaitée d’un traitement médical : effets secondaires, association de plusieurs médicaments incompatibles, erreur de prise…).

Le livret thérapeutique est établi sur la base des données pharmacologiques, cliniques, thérapeutiques, réglementaires et économiques en vigueur.
Il comporte les renseignements utiles à la prescription et à la dispensation de chaque produit disponible. La mise en place du livret thérapeutique ne fait pas obstacle à la prescription par un praticien de médicaments ou de dispositifs médicaux stériles qui ne figurent pas dans le livret et améliore la sécurisation de la prescription.

L’informatisation du circuit du médicament est effective depuis 2004.

L’INFORMATION SUR LES MÉDICAMENTS

Le pharmacien de l’établissement dispose d’accès à des bases de données (papier, informatique, Internet…) afin d’obtenir une information rapide et complète concernant la pharmacologie dans un contexte où les nouveautés pharmaceutiques se multiplient à un rythme effréné.

L’information circule :

  • entre le médecin et le pharmacien qui est bien placé pour fournir des informations relatives à la D.C.I., aux classes chimique et pharmacologique des produits, à l’état de disponibilité du stock, et pour proposer des équivalences… ;
  • entre le médecin et l’infirmier(e) pour que la prescription soit clairement formulée, accompagnée ou de non de précisions, et qu’elle puisse être facilement exploitée ;
  • entre l’infirmier(e) et le pharmacien qui renseigne sur les conditions de conservation, de préparation et d’administration du produit.

L’aspect sécuritaire de la prescription est ainsi amélioré grâce à cette circulation de l’information sur le médicament.

LA PHARMACOVIGILANCE

La pharmacovigilance a pour objet la surveillance du risque d’effet indésirable résultant de l’utilisation des médicaments et produits à usage humain. Le signalement des effets indésirables est effectué par les professionnels de santé au « Centre Régional de Pharmacovigilance » de Nice (CRPV).
Les données de pharmacovigilance sont rassemblées et analysées par le pharmacien de l’établissement.

De plus, le pharmacien assure quotidiennement la veille réglementaire (Journal Officiel), le suivi des alertes et des informations de sécurité de l’ANSM.

Il participe à la démarche qualité en matière de circuit du médicament par l’analyse de son fonctionnement : audits, suivi d’évènements sentinelles, suivi d’indicateurs de résultats…