DÉVELOPPEMENT DURABLE

[su_column size= »2/3″]

LE DÉVELOPPEMENT DURABLE

Le développement durable est constitué de plusieurs principes directeurs :

– PRINCIPE DE PRÉCAUTION

– PRINCIPE D’ACTION PRÉVENTIVE ET DE CORRECTION

– PRINCIPE POLLUEUR-PAYEUR

– PRINCIPE DE PARTICIPATION

– PRINCIPE DE GOUVERNANCE

– PRINCIPE DE RÉGULATION TERRITORIALE

Et s’articule autour de 3 axes :

– SOCIAL

– ENVIRONNEMENTAL

– ÉCONOMIQUE

axes développement durable

LES ENGAGEMENTS DU GROUPE SAINT GEORGE

Engagé depuis toujours dans une démarche qualité, le groupe Saint George s’est également impliqué dans le développement durable depuis 2009 avec sa politique développement durable intégrée dans chaque projet d’établissement et sa charte verte reprenant douze points essentiels :

1. La politique de l’environnement concerne à la fois le milieu de travail et la pollution (substitution des produits chimiques les plus nocifs, mise à disposition d’une psychologue et d’une assistante sociale pour les patients et le personnel…)

2. Mettre en place une gestion de l’environnement convenant à ses activités (surveillance de l’eau, gestion des déchets…)

3. L’expertise de l’environnement doit être prise en considération au même titre que tous les autres éléments de prise de décision à tous les niveaux (diminution des emballages pour réduire les déchets…)

4. Le personnel et les praticiens de chaque établissement doivent être impliqués dans le travail en matière d’environnement (formation réglementaire du personnel, incitation au covoiturage…)

5. Les établissements du groupe doivent préparer des plans d’action garantissant un progrès continu (économies d’énergie par le remplacement des ampoules classiques par des ampoules basse consommation voir LED,…)

6. Le personnel et les praticiens de chaque établissement doivent travailler dans un milieu sain et sans danger (mise à jour annuel du document unique, enquête risques professionnels…)

7. Toute atteinte à l’environnement causée par nos établissements doit être maitrisée (diminution des émissions de CO2, limitation des rejets des produits chimiques dans le réseau public…)

8. L’utilisation des ressources doit être continuellement améliorée (suivi des consommations d’eau, d’énergie, quantité de déchets…)

9. Le risque de pollution et d’accident doit être évité (plan blanc, exercice de simulation…)

10. La législation et les réglementations adaptées en matière d’environnement doivent être respectées.

11. Tout renseignement de nature environnementale, en rapport avec nos établissements, doit être mis à disposition dans un esprit d’ouverture et de coopération, avec une réelle volonté d’informer (rédaction rapport RSE, charte avec la CPAM…)

12. Tous les personnels et les praticiens du groupe doivent être informés de notre politique en matière d’environnement (charte verte, notes de service…)

Le groupe est également adhérent au C2DS depuis 2014 et renseigne depuis 2015 ses indicateurs développement durable (IDD).

Il a formalisé une politique d’achat écoresponsable se déclinant selon les trois axes du développement durable : choix de produits fabriqués dans le respect de l’environnement, réflexion sur un coût global (réponse au besoin, maintenance, service après-vente, qualité, fin de vie, rejets dans l’environnement,…), développement des compétences sur le territoire, employabilité de personnes n’ayant pas un accès à l’emploi facilité pour cause de handicap, fournisseurs respectant le Code du Travail (pas d’enfants dans la chaîne de production des produits,…), …

Il s’est également engagé dans une démarche de Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) avec la rédaction d’un rapport en 2017 (référence des données : 2016) qui sera mis à jour chaque année (RAPPORT RSE 2016).

Cette démarche conduite par la Direction Générale, a pour but de promouvoir une démarche globale de développement durable dans chaque établissement du groupe. Elle se justifie pleinement car, comme tous les établissements de santé, ses structures sont des consommateurs d’énergie, d’eau, des producteurs de déchets et de ce fait une source de risque pour l’environnement.

 

Le centre de convalescence Atlantis a intégré le développement durable dans ses objectifs et sensibilise les patients, visiteurs, personnels et intervenants par des actions de communication interne pour minimiser ses impacts sur l’environnement.

A ce jour, plusieurs actions ont été réalisées :

– Le développement de la sécurité sanitaire aussi bien pour protéger le patient contre les risques liés au traitement de l’eau ou de l’air, à l’utilisation de produits et matériels, que pour protéger l’environnement des effets générés par les activités de soins

– Le traitement adapté des déchets hospitaliers pour éviter tout risque de contamination (procédure à respecter pour la gestion des DASRI). Par leur volume et leur diversité, ils font l’objet d’un tri spécifique

– La promotion régulière et sensibilisation des salariés à la pratique du covoiturage afin de participer à la réduction du trafic, de la pollution et de l’émission de gaz à effet de serre

– La mise en place d’une politique des achats écoresponsables

– Le suivi des indicateurs de consommations énergétiques et la production de déchets

– L’adhésion au C2DS avec renseignement de l’indicateur développement durable (IDD)

– L’affichage d’une charte verte diffusée au sein du centre

– La réalisation d’une enquête de satisfaction du personnel / enquête charge mentale

– La limitation de l’impression par l’informatisation

– La rédaction d’un rapport de Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE)

– La mise en place d’une centrale de dilution pour le bionettoyage afin de limiter les emballages et les pertes d’eau

– Et bien d’autres sont planifiées et en cours de mise en place…